• Aucun produit n’a été ajouté pour l’instant.
Banniere fine

La passion ne peut brûler et nous transporter que si nous acceptons le feu de la discipline

La passion ne peut brûler et nous transporter que si nous acceptons le feu de la discipline

On dit que Rûmi racontait cette histoire :
« Un pois chiche tente de sauter hors de la casserole où il est en train de bouillir, et s’insurge : Pourquoi me fais-tu cela ?
Le cuisinier le ramène d’un coup de louche dans l’eau bouillante.
-Ne cherche pas à t’échapper. Tu crois que je te torture ? Je suis en train de te donner du goût : une fois mêlé au riz et aux épices, tu seras une délicieuse source de vitalité pour un être humain.»
(Extrait de Women called to the path of Rumi. Shakina Reinhertz. HohmPress. 2001. p.200)

Apprendre le Samâ avec Rana, c’est faire l’expérience de ce petit pois chiche soucieux d’échapper à la souffrance, cherchant à sauter par-dessus bord quand l’inconfort est trop grand… Mais l’exigence, la discipline offertes par Rana nous ramènent dans la casserole : nous ne goûterons pas la saveur ineffable du Samâ sans aller juste un peu… beaucoup… passionnément… au-delà de la zone de confort.

Son exigence n’a d’égale que sa générosité et sa passion ; ainsi seulement la regarder « travailler » avec quelqu’un est déjà extraordinairement enthousiasmant. L’ardeur de ses encouragements et de sa présence soutenue, pour faire faire à la danseuse (au danseur) une expérience inédite lui donne à goûter les multiples saveurs du Samâ, et nous –les autres danseurs/ses- immobiles sur le bord du cercle où tourne la danseuse accompagnée par Rana, nous respirons aussi le parfum subtil du Samâ.

Avec l’enseignement de Rana, nous intégrons par l’expérience, que la passion ne peut brûler et nous transporter que si nous acceptons le feu de la discipline.Ainsi au-delà d’une pratique technique des tours, ou d’une pratique dite « soufie », nous rejoignons le courant souterrain de toutes les traditions qui peuvent faire vivre, vibrer et chanter notre âme dans le monde.« Je ne parlerai pas, je ne penserai rien :Mais l’amour infini me montera dans l’âme. »(Rimbaud. Sensation.)